Ils soutiennent Caussade

Un lac qui rassemble de nombreux acteurs du monde agricole

Bernard Lannes

président de la Coordination Rurale

Cette affaire défie le bon sens : le lac de Caussade c’est la réalisation d’un projet très longuement mûri avec l’administration et les élus locaux, qui avait reçu l’aval de l’État par la signature de l’autorisation de réaliser et d’exploiter cette retenue par le préfet du département.

CR de la Creuse

La CR23 affirme son soutien à Serge Bousquet Cassagne et Patrick Franken et à cet ouvrage longuement réfléchi, d’intérêt public et qui a pour objectif encore une fois de rendre service à la profession agricole du département. Stocker l’eau de l’hiver pour l’été, c’est le bon sens paysan !

CR de la Haute-Garonne

Thierry Laplaige, président, et tous les membres de la CR 31, réaffirment leur soutien à Serge Bousquet-Cassagne, Patrick Franken et à cette construction pensée et construite de manière réfléchie et dans l’intérêt des agriculteurs.

CR de la Haute-Vienne

La CR 87 apporte un total soutien respectivement à Serge Bousquet-Cassagne et Patrick Franken injustement condamnés à des peines de prison ferme pour avoir construit le Lac de Caussade. En effet, cette décision est sévère et inappropriée, vis-à-vis de ces deux acteurs syndicaux qui ont toujours été au service des agriculteurs, des agricultrices et de toutes les agricultures de leur département.

Philippe Tabarin

président de la chambre d’agriculture de la Vienne (86)

La chambre d'agriculture de la Vienne en soutien au lac de Caussade !
Alors qu'en Poitou-Charentes les « supposés et autoproclamés » défenseurs de l'environnement détruisent des retenues de substitution construites ou en cours de construction en exhortant à la désobéissance civile et en violant les propriétés privées, il est impératif de revenir à la raison et de soutenir le stockage de l'eau d'hiver pour un usage l'été. L'adaptation au dérèglement climatique l'impose ! L'eau en excès stockée l'hiver permet de soutenir les débits des cours d'eau l'été. Le lac de Caussade est l'avenir de l'agriculture et des milieux aquatiques car les températures excessives l'été, associées aux épisodes sans pluie, supprimeront de fait toutes les zones humides de notre pays ! Stocker l'eau l'hiver est une solution. Le ministre de l'Agriculture et de l'alimentation, Julien Denormandie, et de nombreux experts en hydrogéologie partagent cette analyse.
Soutien aux bâtisseurs du lac. Soutien à la chambre d'agriculture du Lot-et-Garonne qui agit en responsabilité pour préserver la nature, l'agriculture et fournir à nos citoyens des produits alimentaires de qualité et locaux !

Bertrand Venteau

président de la chambre d’agriculture de la Haute-Vienne (87)

Les élus CR 87 ainsi que moi-même apportons notre total et inconditionnel aux créateurs du lac de Caussade. Nous soutenons également Serge et Patrick qui risquent d'être condamnés pour avoir préparé le futur de nos amis paysans du 47 face au changement climatique, pour qu' il y ait encore de l'agriculture et des installations dans 20 ans. C'est une aberration que de vouloir condamner ceux qui défendent un territoire et son avenir !

René de Moor

agriculteur retraité et maire délégué de Saint-Pierre-de-Caubel (47)

La France Agricole – le 2 octobre 2020

Créer un lac, c’est non, mais bétonner des terres, ça ne choque personne ! Ce lac remplit, comme tous les lacs du même type, son rôle d’écrêtement des crues et évite les inondations.

MODEF NOUVELLE-AQUITAINE

Communiqué du syndicat – le 26 octobre 2021

Le Modef Nouvelle-Aquitaine soutient la création du lac de Caussade conformément à l’arrêté préfectoral de juin 2018 qui autorisait la réalisation de l’ouvrage. Nous demandons sa validation par l’État.

Amaury de Faletans

secrétaire général de la FDSEA Haute-Garonne (31)

La France agricole – le 28 août 2020

En construisant cet ouvrage, longuement réfléchi, d’intérêt public, autorisé dans un premier temps et qui a pour objectif de rendre service à la profession agricole du département, soit stocker l’eau l’hiver pour l’utiliser l’été, c’est le bon sens paysan qui a parlé.
Un projet de territoire soutenu par les élus locaux

Geneviève Darieussecq

ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants

Sud Ouest – le 20 avril 2021

« Cet ouvrage a été décrété hors la loi et je le regrette », selon elle, il faut « remettre le lac dans la loi.»

Christine Bonfanti-Dossat

sénatrice du Lot-et-Garonne

Courrier du 18 février 2021 adressé au Collectif de soutien au lac de Caussade

Le projet de création du Lac de Caussade répond à une problématique originelle forte et légitime : le besoin en eau pour un territoire dont l’activité agricole est un des pans principaux de son activité. Je veux en conséquence rappeler l’aspect essentiel de ce projet pour nos agriculteurs.

Jean Dionis

maire d’Agen, président de l’amicale des maires du Lot-et-Garonne

La Dépêche du Midi Lot-et-Garonne – le 02 octobre 2020

Et c’est ce qui s’est passé, lors de l’assemblée du Temple-sur-Lot en décembre 2018, avec une motion forte sur Caussade votée à l’unanimité. C’est-à-dire à quel point nous sommes solidaires de nos agriculteurs sur la question de l’accès à l’eau. À partir de là, nous avons été très actifs, au niveau parisien et local. Le fait que les agriculteurs ont eu le soutien unanime de leurs élus a plaidé pour que l’État ne fasse pas d’opération d’ordre public à Caussade.

Sud Ouest – le 08 mai 2019

Je suis mandaté par les membres de notre association pour dire que nous soutenons les agriculteurs sur le fond de ce dossier. Nous n’acceptons pas et nous n’accepterons plus que des décisions vitales pour notre territoire, construites rationnellement et légalement avec les services de l’État sur le terrain, soient détricotées dans d’obscures tractations entre ministres, préfets de Région et lobbys environnementalistes. On ne peut pas demander aux agriculteurs de détruire leur ouvrage. Ils ne le feront pas et ils auront raison.

Raymond Girardi

vice-président du Conseil départemental en charge des questions agricoles

Sud Ouest – le 08 mai 2019

On fait l’inverse de ce qu’il faudrait faire : privilégier la démolition au lieu de s’employer à trouver un moyen de pérenniser le lac qui est l’intérêt du territoire et qui dispose d’éléments utiles à l’environnement. Ce lac doit exister et je ne veux pas envisager que la Chambre puisse dépenser 1 million d’euros pour le démolir.

Guy Clua

ancien maire de Saint-Laurent et ex-président des Maires Ruraux du Lot-et-Garonne

Sud Ouest – le 08 mai 2019

Je n’ai envie de dire qu’une seule chose, laissez-les travailler, laissez-les faire. En tant que maire je suis censé représenter la loi mais là ce n’est plus possible. Un coup c’est oui, après c’est non !
Un projet dont l’utilité est reconnue par des scientifiques et des experts

Laurent Denise

expert en climatologie et en météorologie

Depuis 20 ans, la situation se dégrade sur le plan des inondations et des sécheresses parce que les services de l’État font détruire les retenues qui permettaient de retenir l’eau dans les bassins versants, tout en mettant en cause le dérèglement climatique, alors que c’est exactement le contraire : ce sont les sécheresses qui dérèglent le climat !

Jean-François Berthoumieu

directeur de l’ACMG (Association Climatologique de la Moyenne Garonne)

Le changement climatique c’est des pluies plus aléatoires avec des abats d’eau pendant un moment, des périodes plus longues où il fait plus chaud et où les végétaux ont davantage besoin d’eau. Donc durant ces périodes-là, il faut irriguer.
Le lac permet à la rivière en aval de fonctionner alors que le ruisseau aurait été à sec, mais également d’amortir les inondations.